Edwy Plenel, quand tu nous twittes !

twitter

Boire une bière avec Edwy Plenel ? J’aimerais encore mieux masturber un lépreux ! Mais, conscience professionnelle oblige, pour tâter le pouls d’une époque malade, je me suis mis, comme une centaine de milliers d’autres, à suivre le directeur de Médiapart sur twitter.

Première consolation : sur twitter, on parle de follower, et non d’ami comme sur Facebook. Ami avec Plenel, même virtuellement et pour gagner ma croûte, je n’aurais pas supporter.

Deuxième consolation : sur Twitter au moins, lisant ses gazouillis, on n’entend ni sa voix ni son ton. C’est toujours ça de pris.

Parce que je ne sais pas vous, mais moi, dès que je l’entends jongler avec les grands mots vides dont il se gargarise, dès que je subis ses apologies bécassonnes d’un monde sans frontières, métissé et juste, je repense à la jolie expression d’Antoine Blondin dans Un singe en hiver qui, parlant d’un personnage, écrivait qu’il parlait à côté de sa voix.

On ne saurait mieux dire : pour qui a l’oreille absolue, (pour mon malheur, je l’ai), le timbre de Plenel est si plein d’une incontestable fausseté qu’on regrette de ne pouvoir l’emmener, comme un chien qui aboie trop, chez un vétérinaire pour lui couper les cordes vocales.

Donc, me voilà follower du moustachu

Jusque-là, il se montrait discret. Mais la semaine dernière, à l’heure où Nicolas Sarkozy va s’expliquer chez le juge pour l’affaire Bettencourt, le voilà saisi de twittite carabinée :

« Abonnez vous à Mediapart et lisez cet article de @fabricearfi car si #Sarkozy est devant le juge c’est grâce à eux ! »

Soulignons le « grâce »

L’anti-sarkozisme fut sans doute assez vivace en France pour que, six mois après la nouvelle présidence, il soit encore possible d’apâter le chaland en spéculant dessus.

« 10 documents audio et vidéo pour se rappeler l’utilité d’une presse vraiment libre », retweete-t-il  sur le même sujet, quelques minutes plus tard.

Et puis, parlant de lui à la troisième personne comme Alain Delon, (dont c’est peu dire qu’il n’a pourtant pas le physique), Edwy Plenel annonce qu’Edwy Plenel débattra sur Beur FM autour du thème :

« Le mythe de l’islamisation de la France avec Raphaël Liogier, @edwyplenel et Eric Vandorpe ! »

Un mythe ? Allons bon ! Et pourquoi alors, organe vraiment libre, Mediapart explique qu’il faut construire des mosquées en France parce que les musulmans sont de plus en plus nombreux à n’avoir pas de lieu où prier. La liberté dont fait preuve Plenel, c’est celle de mépriser assez ses 100 000 followers pour s’imaginer qu’ils seront trop bêtes pour percevoir ses incohérences.

Laisser un commentaire