Jean-Vincent Placé : six mois de prison avec sursis

tribunal

Il y a quelques mois, l’homme politique Jean-Vincent Placé faisait parler de lui après une soirée très arrosée dans un bar parisien. Cette semaine, le verdict est tombé : il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis.

Les verres de trop ?

En avril dernier, l’ancien secrétaire d’état Jean-Vincent Placé avait été arrêté en état d’ébriété dans un bar de la capitale, où il avait malmené plusieurs jeunes femmes et insulté  le videur de l’établissement, qui l’accuse de lui avoir tenu des propos injurieux et racistes, après un incident avec une cliente. Il était jugé pour ces propos, ainsi que pour des violences envers la jeune femme. Il avait également traité les policiers intervenus de « tocards ». Ce n’est pas la première fois que le politique s’emporte après plusieurs verres de trop. Mais cette fois, la Justice a décidé de ne pas le laisser s’en tirer comme ça.

Six mois de sursis et une mise à l’épreuve

Après les frasques de Jean-Vincent Placé, le procureur a requis six mois de prison avec sursis, une mise à l’épreuve de deux ans et 1 000 euros d’amende contre l’ex-secrétaire d’Etat, jugé mercredi 11 juillet pour « violences, injures à caractère racial et outrage à agents » par le tribunal correctionnel de Paris. Le jugement a été mis en délibéré au 10 septembre. « Toutes ces infractions troublent gravement l’ordre public et la politique pénale du parquet s’agissant de la violence faite aux femmes et de la lutte contre le racisme », a dénoncé le procureur dans ses réquisitions.

 

Jean-Vincent Placé, qui conteste avoir tenu les propos contre le vigile, a reconnu à la barre avoir « évidemment trop bu. » « Je suis honteux de m’être retrouvé dans cette situation », a-t-il déclaré.

 

 

Laisser un commentaire