Damien Theillier : regard d’un philosophe sur le mariage homo

gay_pride_tank
Crédit photo : rsambrook
Crédit photo : rsambrook

Le professeur de philosophie et président de l’Institut Coppet, Damien Theillier, a publié une tribune dans Nouvelles France, où il dénonce l’absurdité du mariage homosexuel et où il met en garde contre le totalitarisme de ses partisans.

Dans cet article intitulé « La redéfinition du mariage par l’Etat menace gravement les libertés individuelles », le philosophe considère, dans un premier temps, que l’apparition du « mariage pour tous » conduira de facto à la destruction du modèle familial traditionnel :

« Le « mariage pour tous » n’est rien d’autre qu’une forme de constructivisme ou d’ingénierie sociale visant à réinventer une structure millénaire. De ce point de vue il faut se rendre à l’évidence, l’État ne protège pas la famille, il en est le véritable fossoyeur.« 

Ensuite, Damien Theillier décrypte les méthodes « totalitaires » employées par les défenseurs du mariage homosexuel, afin d’imposer leur idéologie à une majorité silencieuse. Il met en garde contre le totalitarisme du lobby homo qui, sous couvert de lutte contre l’homophobie, rogne peu à peu sur les libertés individuelles :

« On peut parler de véritable dérive totalitaire quand on observe la police de la pensée homosexuelle à l’œuvre au Canada et aux États-Unis.

[…]

Depuis des décennies, les couples de même sexe ont déjà obtenu toutes les libertés auxquelles ils avaient droit. Ils ont parfaitement le droit de revendiquer publiquement leur orientation sexuelle et de former n’importe quel type d’arrangement juridique de leur choix. S’ils veulent appeler leur contrat un mariage, ils ont toute liberté de le faire. Ils sont également libres de se marier dans le sens traditionnel du terme. Rien n’interdit à un homme gay de se marier à une femme ou à une lesbienne de se marier à un homme. Le mariage traditionnel n’est pas interdit aux homosexuels que je sache.

Bien entendu le mariage, ainsi compris, n’est pas ouvert à des couples de même sexe. La raison en est simple : il est défini par l’engagement d’un homme et d’une femme à fonder une famille. Partant de là, le mariage est ouvert à tous les adultes consentants et sans aucune exclusion. Ainsi parler d’atteinte aux droits des homosexuels est une escroquerie intellectuelle.

C’est aussi absurde que si on se plaignait que les clubs de nudistes violent les droits des porteurs de maillots. Car il est dans la définition même des clubs de nudistes de ne pas accepter les porteurs de maillots. Dès lors, ces derniers doivent-ils faire interdire les clubs de nudistes au motif que ceux-ci les excluent ? Ou bien faut-il que les porteurs de maillots exigent de l’État que l’appellation nudiste ne soit pas réservée aux seuls nudistes mais soit ouverte à tous ?

Alors au nom de quoi ceux qui choisissent de ne pas se marier au sens traditionnel du terme, pour des raisons personnelles, devraient-ils exiger de la loi l’abolition du mariage traditionnel ?

Encore une fois, c’est aussi absurde et injuste que si un groupe d’individus bien organisés, détestant l’orthographe, revendiquait l’abolition de ses règles au profit d’une sorte de novlangue parlée par quelques illuminés et qui serait imposée à tous.

Mais le projet totalitaire des lobbies LGBT1 ne s’arrête pas là. En Amérique du Nord, le soutien au mariage traditionnel peut désormais être passible de graves sanctions. »

Difficile de ne pas penser à Georges Orwell et à Aldous Huxley en relisant les projet de loi pour homoparentalité, le mariage pour tous et l’aide médicale à la procréation…

Laisser un commentaire