Scandale sexuel au Vatican : Vers une levée de l’immunité diplomatique de Mgr Luigi Ventura ?

Après avoir porté plainte contre lui, trois victimes de Monseigneur Luigi Ventura, réclament maintenant la levée de son immunité diplomatique pour qu’il soit au moins entendu dans l’affaire. L’ambassadeur du Vatican en France est accusé d’agressions sexuelles, qui consistaient à presser invariablement les fesses de ses cibles, au cours de rendez-vous officiels.  

Mgr Luigi Ventura doit être entendu

Mathieu, Benjamin et Thomas sont les victimes de Mgr Luigi Ventura, l’ambassadeur du Vatican en France. Après avoir longtemps hésité à parler de leur drame, ils sont finalement sortis de leur torpeur grâce à des évènements sociaux favorables : le mouvement #MeToo, le sommet de Rome, le film de François Ozon, le procès Baupin, la «Ligue du LOL». Voir des victimes d’agressions sexuelles prendre la parole dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans des tribunes d’expression, les a motivés à parler également de leur cas. Mathieu et Benjamin ont été les premiers à parler de leurs mésaventures et à déposer une plainte contre Mgr Luigi Ventura pour attouchements sexuels, le 25 janvier 2019 pour l’un et le 15 février 2019 pour l’autre. Thomas a suivi, lui qui entend également déposer une plainte ce jeudi 28 février. A présent, via leurs avocats, ces trois jeunes hommes veulent voir le bouclier diplomatique de l’ambassadeur du Vatican en France éclater tout bonnement afin de lancer l’enquête. Grâce à une levée de l’immunité diplomatique, Mgr Luigi Ventura pourra être au moins entendu dans cette affaire.

Dès le début des révélations d’ailleurs, l’équipe d’Anne Hidalgo a transmis, le 23 janvier 2019, un signalement sur la base de l’article 40 du code de procédure pénale. Ce texte oblige tout fonctionnaire ayant connaissance d’un crime ou d’un délit à le signaler au procureur de la République. Dans la foulée, le procureur de Paris, Rémy Heitz, a ouvert une enquête, lançant ainsi le ballet judiciaire.

Vendredi dernier, les avocats de Mathieu et Benjamin ont adressé une lettre au Président Macron et une copie au Ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ainsi qu’au Procureur de Paris pour réclamer la levée d’immunité diplomatique du mis en cause dans cette affaire. Pour mettre davantage la pression sur l’Elysée, mais également sur le Vatican, Me Antoinette Fréty, avocat de Mathieu a déclaré que : «Pour nous, ne pas demander la levée d’immunité, c’est considérer que les agressions sexuelles ce n’est pas important. On nous dit : vous faites beaucoup de bruit pour pas grand-chose mais c’est exactement le contraire. Il faut donner l’exemple avec le nonce apostolique, qui est un cas malheureusement banal d’agression sexuelle. ».

Les agressions sexuelles perpétrées par Mgr Luigi Ventura se sont produits à l’occasion de dîners officiels devant plus de 200 ambassadeurs. Mais apparemment l’ecclésiastique ne s’est pas gêné comme le soulignent les trois victimes, âgés de 26, 35 et 39 ans.

Le récit des victimes

Mathieu raconte que le jour de son agression, il était chargé des événements internationaux dans l’équipe municipale. Il accueille donc tous les invités à l’instar de Mgr Luigi Ventura qui lui aurait lancé dès son arrivée : « Vous êtes très beau», une remarque qui n’attira pas son attention, d’emblée. Plus loin Mathieu confie : il «a retiré sa main de mon bras puis l’a glissée par-dessous ma veste. Il m’a alors touché les fesses comme s’il me caressait». Quelques minutes plus tard dans l’ascenseur, le nonce devient plus hardi face à la passivité de sa victime. «Pendant toute la montée, il me pressait les fesses et les malaxait», indique Mathieu dans sa plainte. Mgr Luigi Ventura, croyant alors avoir séduit sa cible devenue sa propriété, lui dit : «J’espère que vous ne réservez pas ce traitement à tous les ambassadeurs». Et Mathieu de répondre : «Bêtement, je lui [ai dit] qu’il bénéfici[ait] d’un traitement particulier parce qu’il était le doyen.». Mathieu affirme qu’il aurait bien pu crier, mais le cadre ne se prêtait pas à une telle réaction : «Je n’allais pas crier “dégage !” devant 200 ambassadeurs.» se justifie-t-il. Mgr Luigi Ventura a donc bien calculé son coup.

Benjamin a également subi la même agression sexuelle, la même mécanique. C’était en mai 2018 et il se souvient très bien de cette « main collée au cul ». Il se rappelle qu’il prenait des photos, les deux mains levées, quand l’ambassadeur du Vatican lui tâta les fesses, sans gêne. «Il est tranquille, presque mécanique. Il place une main sur mon épaule pendant que son autre main attrape mes fesses. On n’est pas face à un artisan mais face à un industriel : il y a du travail à la chaîne, la répétition des gestes est parfaite.», se confie-t-il. Comme Mathieu, il n’osa crier devant une foule de gens respectables.

Enfin Thomas, la dernière victime déclarée de Mgr Luigi Ventura, lors d’un cocktail, fait ce récit : «Le nonce est présenté à mon patron en tant que numéro 1. Il le salue de façon normale et se tourne vers moi en disant “vous devez être le numéro 2 ?” Il me serre la main de sa main droite. Avec la gauche, tout en continuant à me parler, il caresse mes fesses » dans ce lieu bondé de haut responsables. Un toupet qui écœure encore aujourd’hui Thomas. Mais il n’était pas au bout de ses peines. L’ecclésiaste a continué à le caresser tout au long de leur conversation, de façon presque machinale, sereine.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.