Arnaud Lagardère et l’avènement du capitalisme beauf

Vincent Delong
Vincent est un chroniqueur récurrent d'Inactuels....
Lire la suite
lagardere-jade

Reportage meurtrier ? Suicide médiatique ? Les journalistes de France et de Navarre s’étranglent à coups de commentaires narquois après le reportage qu’a consacré la télévision belge à l’intimité d’Arnaud Lagardère. Et si le milliardaire cynique jouait de ce mépris de classe ?

La doxa éditorialiste germanopratine a jugé. Amen. Arnaud Lagardère est crucifié. A-t-il supplié son feu père Jean-Luc avant de descendre de la croix cathodique ?

Pourtant, le milliardaire mondialisé est peut-être moins stupide que ne le prétendent ses juges médiatiques ? Thierry de Cabarrus par exemple, ce stakhanoviste de la pige au Nouvel Observateur n’y va pas avec le dos de la cuillère… ou plutôt de la louche. Il se mue même en défenseur du capitalisme cocardier (Laurent Joffrin doit s’en étrangler) et considère ce reportage comme un acte de terrorisme. Rien que ça :

« Ce reportage est quasiment un acte de terrorisme, une bombe anticapitaliste, une arme de propagande qui devrait combler d’aise non seulement le Front de gauche mais aussi en vrac Philippe Poutou, Olivier Besancenot et Arlette Laguiller ».

« Pour conclure, je n’ai pas peur des mots : il y a quelque chose de morbide, de létal, dans ce reportage, une sorte de volonté de nuire, de tuer même une certaine idée de l’industrie française ».

Cher Thierry de Cabarrus (notons sa particule élémentaire), il est vrai qu’à une époque pas si lointaine en France, les nobles perdaient facilement la tête. Mais pensez-vous vraiment qu’un documentaire, pour médiocre qu’il soit, puisse renverser le système capitaliste français ? Avez déjà entendu parler de l’info-divertissement ? Et de l’usage que savent faire les cyniques des médias ?

Heureusement qu’il existe des personnalités plus fines et clairvoyantes que le citoyen Cabarrus, comme Carl de Canada (notons sa particule élémentaire), alias Mixbeat, échotier réactionnaire pro-luxe (et pro-luxure), qui en dit plus en 140 caractère que Cabarrus dans sa logorrhée de 20.000 signes. Le sieur Mixbeat écrit donc :« les critiques à l’endroit d’Arnaud Lagardère suite au reportage RTBF sont exagérées. Il a réussi un coup génial. En plus, il vous emmerde »

La populace française serait choquée et révoltée par un milliardaire qui affiche une simplicité de vie, certes de mauvais goût (au regard des critiques reçues), mais finalement assez humaine ? Sûrement pas. Faire cuire des steaks, déambuler en t-shirt dans sa maison, assister à un match de football, embrasser sa très jeune dulcinée. Un milliardaire « normal »… qui vit la vie rêvée de tout Français « normal ».

Le procès en niaiserie est un raccourci un peu facile. L’une des premières fortunes de France, héritier d’un empire industriel emblématique, a tout simplement le goût de la « farce tranquille ». Comme il le dit avec une liberté déroutante, il « emmerde tout le monde ». En plein dans le nihilisme ambiant. 100% air du temps.

N’en déplaise aux plumitifs, Arnaud Lagardère ne réussit-il pas un joli coup de com’ en se montrant loin des stéréotypes désincarnés de ces businessmen vivant entre deux tarmacs d’aéroports, dans leurs jets privés, avant de se coucher dans des gratte-ciels impersonnels de l’une ou l’autre des capitales mondiales du mondialisme. Lui préfère se montrer à faire ses courses dans le Carrefour du coin quand il n’enlace pas son top-model de femme…

Les résultats d’EADS sont catastrophiques ? Pas grave, Jade vient d’accoucher. Un contrat avec les Émirats Arabes Unis vient d’échouer et les actionnaires sont furieux ? Aucune crainte, Jade participe à un défilé de mode organisée par Karl Lagerfeld à l’occasion de la fashion week.

Jade Foret, n’est pas seulement un mannequin porte-manteau, c’est surtout le paravent du capitalisme. De toute façon, Arnaud Lagardère veut vendre ses titres EADS dès 2013.

Laisser un commentaire