BCEAO : ce billet de 50 mille francs CFA qui n’existe pas

Une vieille rumeur annonce depuis plusieurs années l’imminence d’un nouveau billet de 50 000 francs pour les pays utilisant le CFA dans la zone UEMOA. Mais la banque émettrice de ladite monnaie n’a rien prévu de tel.

La rumeur sur la mise en circulation d’une nouvelle coupure de billet de banque à destination des pays africains ayant en partage le franc CFA refait surface. Plusieurs internautes ont annoncé ces derniers jours sur les réseaux sociaux avec une viralité accrue que la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) allait prochainement créer un billet de 50 000 francs CFA. En guise de preuve, les publications en question sont souvent accompagnées d’un billet censé représenter le nouveau billet. Mais il suffit de voir la photo de plus près pour démonter la supercherie.

Le nouveau billet de 50 000 en photo souffre en effet de quelques insuffisances grossières, ainsi que le site BankNoteNews avait pu le constater déjà en 2016. D’abord le chiffre 50 000 y est mal écrit. On y lit “cinquante milles” au lieu de “cinquante mille”, comme le veut l’orthographe. Ensuite, les signatures sur cette fameuse nouvelle coupure ne correspondent à aucune autre de celles apposées par la BCEAO sur les billets actuellement en circulation.

Le franc CFA en voie de disparition

Lasse de ces rumeurs persistantes depuis plusieurs années, la BCEAO est finalement sortie du silence. À travers un communiqué daté du 25 avril, l’établissement bancaire indique n’avoir aucune intention d’émettre un nouveau billet et rappelle que la plus grosse coupure en circulation demeure celle de 10 000 francs. Avant menacer de sanctions pénales les propagateurs de ce qu’elle qualifie de fausse nouvelle.

Cette infox réapparaît dans un contexte de vifs débats autour du franc CFA sur le continent. Perçue comme un des derniers avatars de la colonisation, cette monnaie partagée par 14 pays africains est critiquée par certains pour sa responsabilité dans l’état sous-développé des économies qui en usent. D’autres, moins nombreux la présentent en revanche comme une garantie de stabilité notamment en raison de sa parité fixe avec l’euro.

Les voix critiques sont à l’origine de la réforme monétaire annoncée fin 2019 par les présidents Emmanuel Macron et Alassane Ouattara à Abidjan. Le but ultime est de sortir la France du système de gouvernance du franc CFA qui devrait être remplacée par une nouvelle monnaie nommée éco. Plusieurs économistes dénoncent d’ores et déjà une réforme cosmétique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.